L’anneau vaginal antirétroviral doit être mis à disposition des femmes en Afrique subsaharienne !

Gabon Matin

L’ONUSIDA a félicité mardi le Partenariat international pour les microbicides (IPM) de l’avis favorable octroyé par l’Agence européenne des médicaments (EMA) concernant l’anneau vaginal de « dapivirine », qui adapte la technologie médicale utilisée couramment comme dispositif contraceptif pour administrer le médicament antirétroviral afin de prévenir le VIH.

Auteur : Gabon Matin
© 2020 D.R./GabonTime

L’anneau vaginal antirétroviral doit être mis à disposition des femmes en Afrique subsaharienne !

L’ONUSIDA a félicité mardi le Partenariat international pour les microbicides (IPM) de l’avis favorable octroyé par l’Agence européenne des médicaments (EMA) concernant l’anneau vaginal de « dapivirine », qui adapte la technologie médicale utilisée couramment comme dispositif contraceptif pour administrer le médicament antirétroviral afin de prévenir le VIH.

« L’ONUSIDA se félicite des progrès réalisés pour mettre l’anneau de dapivirine à la disposition des femmes d’Afrique subsaharienne où environ 4.500 adolescentes et jeunes femmes sont infectées par le VIH chaque semaine  », a déclaré la Directrice exécutive de l’ONUSIDA, Winnie Byanyima.

Réduire le risque global d’infection de 27% à 50%

Cet avis favorable intervient suite aux études de phase III qui ont évalué l’utilisation de l’anneau mensuel chez près de 4.600 femmes âgées de 18 à 45 ans au Malawi, en Afrique du Sud, en Ouganda et au Zimbabwe.

L’étude « Ring », menée par l’IPM, a montré que l’anneau réduisait le risque global de 35 %, alors que l’étude « ASPIRE », menée par le partenaire d’essais cliniques de l’IPM, le National Institute of Health, et financé par le réseau d’essais de microbicides, a montré que l’anneau réduisait le risque global de 27 %. Des données plus récentes suggèrent une réduction plus importante du risque de plus de 50 %.

Obtenir l’autorisation africaine

L’IPM cherche à présent à obtenir des autorisations réglementaires en Afrique subsaharienne, la région la plus touchée par le VIH, où de nombreux pays reconnaissent l’avis de l’EMA.

S’il est approuvé par les régulateurs africains, l’anneau pourrait offrir aux femmes de plus de 18 ans le premier outil à action prolongée qu’elles pourraient s’auto-administrer pour réduire le risque de contracter le VIH, maintient l’ONUSIDA.

Étant donné l’urgence pour les femmes, avec une volonté politique forte et un financement, l’IPM estime que l’anneau pourrait commencer à être disponible en 2021 dans certaines communautés d’Afrique.

« Il faut continuer à investir dans la recherche pour combler les lacunes en matière de prévention du VIH pour les femmes et leur donner les options dont elles ont besoin pour se protéger du VIH  », a souligné la Directrice de l’agence.

Add Your Comment

Things you should know:

1.Comments will appear only after being approved by our team. Please understand that we don’t work 24/7, so it might be a while before your comment is posted.

2.In accordance with the Regulations on Internet News and Information Services and other related laws and regulations of the People's Republic of China, comments should not contain anything that is obscene, offensive, defamatory or racist.

0 Comment Log in
Write your comment...
Post
0 / 500
Be the first to comment.

Contacter la rédaction

Merci d’utiliser le formulaire ci-après pour contacter notre équipe. Vous pouvez joindre également la rédaction en...
COVID-19

Coronavirus au Gabon : point journalier du 7 juin 2021

Gabon Matin vous livre le point journalier du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à...
Santé présidentielle

Absent du Gabon, Ali Bongo victime d’un nouveau malaise à Londres

Nouveau coup dur pour Ali Bongo, absent depuis de longs jours du Gabon. Selon plusieurs sources, le président...
Top